Commentaires du forum

Les scandales du plastique
In Le plastique
Benoît Saint Girons
06 oct. 2020
Les problématiques des bouteilles en plastiques PET sont de quatre ordres, chacune en soi suffisante pour en limiter drastiquement la consommation. Premièrement et cela devient banal de le dire : la pollution liée aux bouteilles. 15 000 bouteilles en plastiques sont vendues chaque seconde dans le monde générant 170 000 tonnes d'emballage en plastique PET auquel il convient de rajouter les films plastique de regroupement. Problème d'arithmétique: sachant qu'une bouteille en plastique met plus de 500 ans à se dégrader, combien de temps faudra-t-il avant que nous changions nos habitudes alimentaires ? Le recyclage ? Globalement, 12% seulement des bouteilles sont recyclées! Deuxièmement, la contamination possible de l'eau par la chimie du plastique. En mars 2018, nous apprenions que 93% des 250 bouteilles testées recelaient des particules de plastique (polypropylène, polytéréphtalates d'éthylène de son petit nom PET ou encore particules de nylon). Tout cela vient évidemment du processus d’embouteillage mais il est aussi très déconseillé d’exposer la bouteille plastique à la chaleur ou aux rayons directs du soleil… Troisième constat: l'eau en bouteille revient très chère, de 100 à 1 000 fois plus chère que l’eau du robinet, une absurdité économique alors qu’il est possible d’obtenir une qualité d’eau énergétiquement supérieure avec une solution de filtration + dynamisation installée chez soi. Enfin, et c’est selon nous le principal, l'eau en bouteille est "morte" ou sur le point de l'être c’est-à-dire privée d’énergie magnétique (protons) et électrique (électrons). Au lieu d’apporter de l’énergie à l’organisme, une eau oxydante va au contraire lui en pomper. Et si elle est en outre chargée en minéraux inassimilables (l’homme est hétérotrophe), alors elle épuisera progressivement les reins. Pour toutes ces raisons – et sans doute encore d’autres – le retour à la Source est le bon sens de l’eau et la bouteille en verre réutilisable une alternative très séduisante au plastique.
1
0
Pourquoi tant de haine ?
In L'eau en général
Benoît Saint Girons
05 oct. 2020
Pourquoi donc ouvrir le débat de la qualité et de l'énergie de l'eau ? Il serait tellement plus simple de s’en remettre à la simplicité de l’eau, à la transparence des pouvoirs publics, à la pureté des messages du marketing. Bref, à laisser couler… Mais si l’eau, en coulant, est capable de creuser la pierre, ne peut-elle également contourner et dépasser les préjugés et les malentendus ? C’est l’avantage de cette notion de qualité ou d'énergie : elle impose la subtilité. Impossible avec elle de rester sur le manichéisme bien/mal, polluée/pure, robinet/bouteille… A y regarder de plus près, au-delà des paramètres officiels, on perçoit alors une eau échauffée par ce qui lui arrive, cristallisée par le dogmatisme, troublée au point d’être parfois imbuvable… La majorité des problèmes de peau sont dus à une qualité d’eau potable chlorée et donc (très) oxydante (manque d'électrons et donc d'énergie électrique). La peau est asséchée et irritée, d’où le recours aux crèmes hydratantes et autres antirides. L’industrie de la cosmétique et son marché de plus de 200 milliards d’euros n’a aucun intérêt à ce que l’on améliore la qualité de l’eau. Une bonne proportion des problèmes de santé proviennent d’un manque d’hydratation via une qualité d’eau potable chlorée et donc (très) oxydante (toujours en manque d'électrons) et alcaline (peu de protons). Peu arrivent à boire la quantité d’eau nécessaire au métabolisme de leur organisme… Les laboratoires pharmaceutiques et leur marché de plus de 1000 milliards d’euros n’ont aucun intérêt à ce que l’on améliore la qualité de l’eau. L’essentiel des ventes d’eau en bouteille – 4 verres consommés sur 10 en France – découlent d’une perception négative de l’eau du robinet traitée et polluée. Les embouteilleurs et leur marché de 150 milliards d’euros n’ont aucun intérêt à ce que l’on améliore la qualité de l’eau. Nous ne sommes pas ici dans la théorie du complot mais dans un simple constat : les pouvoirs publics ont la responsabilité de prévenir tout risque sanitaire. Peu coûteux et faciles à mettre en œuvre, chlore et ozone sont utilisés afin de contenir autant que possible bactéries et autres virus. Mais chlore et ozone, oxydants majeurs, irritent et assèchent… ne permettent pas une bonne hydratation… entraînent ainsi des problèmes de peau et des pathologies sur le long terme… ce qui arrange indirectement de nombreux intérêts économiques ! Il n’y a pas de complot. Il y a juste un avantage économique, financier et donc aussi in fine politique à ne pas parler de la qualité de l’eau, à ne surtout pas parler de l'énergie de l'eau. Cette omerta est de loin le principal scandale de l’eau !
1
0
L’équipe actuelle
In Aider ou rejoindre
Benoît Saint Girons
05 oct. 2020
L'équipe est amenée à s'étoffer mais en voici déjà les principaux membres : Benoît Saint Girons Franco-Suisse, 50 ans, 3 enfants. Expert en Management. Consultant en solutions écologiques. www.solutionsbio.ch Auteur du livre La qualité de l’eau et d’une dizaine d’autres ouvrages. www.lemendiant.fr Webmaster du site de référence www.eaunaturelle.ch Fondateur de Retour à la Source. « La perfection est comme l’eau » (Lao Zi) Thierry Muraz Français, 56 ans, 2 enfants. Ingénieur chef de projet de formation. Co-fondateur d’un Centre de mieux-être en Haute-Savoie. Coach depuis 2004 via les élixirs floraux du bush australiens et une approche énergétique sur les sphères mentale, émotionnelle et physique. Spécialisé en qualité de l’eau et en plasma marin de Quinton avec conférences régulières. Commercial & Communicant Retour à la Source. « Ils ont oublié de lui dire que c’était impossible, il l’a fait » (Mark Twain) Christophe Carrette Belge, 51 ans, 3 enfants. Juriste, spécialiste de la dynamisation de l’eau. Fondateur de la société Dynamized Technologies et créateur du Biodynamizer www.biodynamizer.com Concepteur de la Houblonde, la première bière dynamisée au monde. www.houblonde.com Auteur du livre Ainsi va la Vie, recueil philosophique. Développeur des solutions de filtration et de dynamisation. « Observer, comprendre et copier la Nature » (Viktor Schauberger) Edgar Schnegg Suisse, 61 ans, 2 enfants. Dessinateur-Architecte. Assistant à maîtrise d’ouvrage. Factotum technique - technicien du son. Concepteur d’objets mobilier, immobilier et d’espace à vocation acoustique. Fondateur de l’association « Etat d’Esprit » Co-concepteur du présentoir et installateur de Sources expert. « Plus vous trouverez de raison dans un homme, plus vous trouverez en lui de probité » (Denis Diderot) Nathalie Frangu Franco-Suisse Graphiste - Si le site ressemble à quelque chose avec une identité propre et de petites mascottes sympathiques, c'est grâce à elle ! www.nalyfik.ch
1
0
Le choix d’une Source
In Les Sources
Benoît Saint Girons
05 oct. 2020
Pour le moment, vous n'avez pas encore trop l'embarras du choix mais viendra un moment où la carte interactive affichera de nombreuses Sources proches de chez vous avec trois technologies et donc qualité d'eau différente. Comment s'y retrouver ? Le plus facile serait naturellement de privilégier la Source des lieux que vous fréquentez déjà - surtout si vous y avez acheté la bouteille - mais, en matière d'eau, la curiosité est une vertu. La technologie de l'osmose inverse (Solution 1) procure une eau très propre et très faiblement minéralisée, douce et agréable en consommation courante mais également idéale pour une évolution vers les eaux thérapeutique (hydrogénées, oligo-éléments,...) L'ultrafiltration (Solution 2) n'enlève pas les minéraux et ne gaspille pas d'eau, ce qui enchantera les écologistes. L'eau offre une perception plus naturelle mais est du coup un peu moins propre ou énergétique. Le Biofiltre associé au Biodynamizer (Solution 3) offre la meilleure qualité énergétique de l'eau, sans perte des minéraux. Du fait de son énergie inégalée, c'est l'eau généralement la plus appréciée par l'organisme (qui en redemande souvent un deuxième verre) mais c'est aussi la technologie la plus couteuse, proposée pour les plus grands magasins bio ou les hôtels. Dans les trois cas, l'eau est biocompatible, très agréable à boire et ainsi optimisée pour l'hydratation des cellules (composées à 99,1% de molécules d'eau). Prendre une bouteille de chaque afin de confirmer sa préférence ? Dans tous les cas, vous ne pouvez pas vous tromper !
1
0
Aux origines
In Le projet
Benoît Saint Girons
05 oct. 2020
Retour à la Source est né d'un triple constat : - Eau du robinet et eaux en bouteille sont dévitalisées et la plupart du temps pollués et non biocompatibles. - Les bouteilles plastiques sont une aberration énergétique et écologique. - Des technologies existent pour obtenir une eau de qualité supérieure à partir de l'eau du robinet. Au départ, l'idée était de proposer une bouteille en verre spécifique afin de préserver l'énergie d'une magnifique eau de source dans le Tarn (France). Le projet ne se faisant pas, la bouteille fut recyclée dans le projet d'eau en vrac. La gratuité du remplissage après l'achat de la bouteille (vieille idée suisse) s'est rapidement imposée comme allant dans le bon sens de l'eau : l'eau est un bien commun qui doit être accessible à tous ! De nouvelles technologies sont apparues, permettant de proposer une solution quelque soit la configuration du lieu : osmose inverse, ultrafiltration ou biodynamisation. A chaque fois, la qualité d'eau est optimisée et sans risque de contamination. Le coût des équipements étant en outre abordable (à partir de 1600 euros HT), il est possible de proposer aux usagers des Sources (les Sourceurs) de s'équiper et de créer une Source chez eux, évitant ainsi à terme le transport des bouteilles. Sourceurs et Sourciers se retrouvent à la Source pour échanger sur le sujet, la Communauté Cool de Source permettant de prolonger le contact (et plus si affinités.) Globalement, les perspectives s'élargissent et un autre paradigme énergétique devient possible : liberté, limpidité, vitalité ! C'est tout cela le retour à la Source et au bon sens de l'eau...
1
0
Benoît Saint Girons
Administrateur
Plus d'actions